Les liens entrants ou backlinks sont un facteur essentiel pour référencer une page Internet sur un mot clé. Beaucoup de blogueurs ou d’entreprise snégligent cet aspect incontournable du SEO. Pourtant un peu de netlinking permettrait de monétiser un site ou d’en tirer plus de revenus. Explications complète sur le netlinking, les règles de Google et l’échange ou la vente de liens.

Qu’est-ce que le netlinking ?

link-buildingLe netlinking est une activité qui favorise l’établissement de liens entre les sites web. Un backlink dirige le lecteur vers une autre page web par un simple clic. Le regroupement des liens créés est appelé un maillage.
Il est nécessaire de distinguer les liens internes d’un site web qui participent à sa mise en réseau, de ceux des liens externes ou sortants de sources externes. C’est le cas du Netlinking, qui consiste à développer des liens entrants pour faciliter l’accessibilité.

Liens NoFollow

Par défaut, un lien est en doFollow, c’est à dire que les bot des moteurs de recherche, comme GoogleBot ou BingBot, le suivent.

Les liens Nofollow sont des liens auxquels est appliquée une balise HTML rel=”nofollow”. La balise nofollow indique aux moteurs de recherche d’ignorer ce lien. Comme les liens nofollow ne passent pas le PageRank, ils est supposé qu’ils n’ont pas d’impact sur le classement des moteurs de recherche.

Un lien devrait être en NoFollow si le webmaster du site sur lequel le lien est placé ne contrôle pas le lien. Exemple, c’est le cas pour tous les partages sur les grands réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Sans ce garde-fou, les référenceurs passeraient leur temps à partager des liens sur Facebook uniquement pour améliorer leur classement dans les SERP (Search Engin Result Pages), pages de résultats des moteurs de recherche.

Les origines du netlinking

Google a révolutionner le marché des moteurs de recherche en 1997. Son originalité a été d’accorder une attention particulière aux backlinks.
Pour ce faire, Google a conçu un robot qui va suivre automatiquement les liens, dans le but de les indexer rapidement pour devenir le plus grand index du web.
En combinant la valeur avec la popularité et les liens à fort trafic, Google est en mesure de classer ces résultats de manière pertinente et fournit donc des liens qualitatifs puissants.
Jusqu’en 2013, Google fournissait des scores pour chaque page web, ceux-ci étaient accessibles via le page rank.
Actuellement, Google souhaite rendre indétectable le niveau de notoriété d’un lien ou d’un profil. Néanmoins, d’autres outils sont apparus pour combler cette lacune.
L’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO) a pris en compte le netlinking en 1998, année où Google s’est imposé. L’utilisation du netlinking dans une stratégie de SEO peut donc améliorer considérablement le positionnement des pages.

Créer des liens pertinents

Pour améliorer votre référencement, il est essentiel de créer des liens pertinents. Il doit y avoir une logique à ce que le lien existe : n’allez pas faire un lien vers un site de mode depuis un site de fans de Hummer.

Les liens venant depuis des sites en .gov ou .edu sont réputés pour avoir plus d’importance. En réalité, c’est plus le site à l’origine du lien est important et a acquis une légitimité et plus le lien aura de la valeur. Nous verrons plus loin à quelles métriques attacher de l’importance.

Le spamdexing

Au début, les SEO ont rapidement compris l’utilité et l’importance de ces liens. Une certaine anarchie s’en est suivie avec de la création de liens à tout va, via des annuaires, des sites de communiqués de presse, des publications dans des forums, …

Google a du place des balises, ce qui a générer des Guidelines ou Règles à respecter par les Webmasters. Voilà une page à Bookmarqué où il est expliqué ce que Google décrit comme étant un système de liens visant à manipuler l’algorithme https://support.google.com/webmasters/answer/66356

Toute violation de ces règles engendre un risque de pénalité.

Comment obtenir des liens ?

Les référenceurs se classent en trois catégories selon leurs pratiques :

  • white hat SEO
  • black hat SEO
  •  grey hat SEO

Le white hat choisit de respecter scrupuleusement de respecter les guidelines de Google. En ce qui concerne le netlinking, il utilisera le linkbaiting qui consiste à publier des contenus tellement attrayant qu’il susciteront par eux-mêmes des liens. C’est une des raisons pour lesquelles vous voyez pulluler des infographies par exemple.

Ensuite, vous avez toutes les couleurs du gris clair jusqu’au noir. Mais toute pratique de netlinking qui ne suit pas les règles de Google n’est pas du White Hat et engendre une possibilité de pénalité.

Celui qui a recours à ces pratiques se doit donc de mesurer le risque qu’il veut prendre et le rendement qu’il peut en tirer.

Si vous créer un réseau de site avec des Footprints (footprints = caractéristiques communes qui permet d’identifier des sites) tels que :

  • la même IP
  • le même CMS avec même template et même extensions
  • utiliser le même comtpe Google search console
  • utiliser le même compte Google Analytics
  • etc

il est probable que le couperet tombe un jour ou l’autre et que votre réseau saute.

Par contre, en faisant les choses raisonnablement, certains SEO passent entre les mailles du filet.

La vente de lien

Pour un webmaster, obtenir un lien a de la valeur. Donc souvent il est prêt à payer. Cela signifie que celui qui a un site avec des métriques intéressante a une source potentielle de revenus avec son site.

A ce stade, vous pouvez vous dire acheter ou vendre des liens, c’est mal. Sachez que ce n’est pas illégal, même si dans certains cas la loi a prévu que certaines mentions devraient y figurer pour ne pas induire le consommateurs en erreur. Le risque n’est pas une sanction pénale mais bien une pénalité de la part de Google.

Les grands medias premiers à vendre du lien

La presse quotidienne perd du lectorat chaque jour. Qui achète encore le journal de nos jours ? Elle a donc du développer d’autres sources de revenus car les subsides publics ne lui suffisent pas.

Les journaux ont donc vu dans la vente de lien une opportunité pour monétiser leur site et augmenter leurs rentrées financières. Un lien sur un grand media a beaucoup de puissance au niveau du SEO, il a donc beaucoup de valeur.

Bien que Google définisse des règles strictes sur les publi-reportages ou le native advertising, ces règles sont loin d’être appliquées par ces médias. Google a en effet prévu des attributs à ajouter à la syntaxe du lien pour montrer que le lien a été acheté :

indiquer-a-google

Pourtant si vous faites une recherche dans Google du type “contenu de marque site:dhnet.be qui va donner comme résultats toutes les pages du site de la DH incluant l’expression exacte contenu de marque, vous remarquerez que ces attributs font défaut :

  • On remarque que par exemple, la Défense va acheter du contenu de marque dans la DH et fait des liens qui risque de pénaliser le site de l’armée (n’y a-t-il pas moyen de mieux utiliser l’argent du contribuable, eux qui se plaignent d’un manque de budget ??) https://www.dhnet.be/supplement/divers/quels-sont-les-nouveaux-defis-pour-notre-defense-5d2c14ecf20d5a58a82b7d52

lien-dofollow

 

  • Skoda n’est pas en reste avec un bon paquet d’articles dont celui-ci https://www.dhnet.be/supplement/auto/la-mavic-superb-combi-de-skoda-est-le-sauveteur-du-tour-5d2ec92d9978e254e24b58b4

skoda-native-advertising

  • Et même le discounter Aldi https://www.dhnet.be/supplement/food/test-a-l-aveugle-les-produits-aldi-plebiscites-par-nos-lecteurs-5b1788415532523bbaa5bae8

aldi-spamdexing

sur aucun de ces liens n’est présent le nofollow ou le rel=”sponsored”. Cela montre qu’entre ce que Google demande et certaines pratiques, il y a parfois un gouffre.

Pour référencer votre site, vous devez parfois lutter contre d’autres sites qui ne respectent pas les mêmes règles que vous.

Dénoncer le spamdexing via un spam report

Pour ceux qui ont un compte Google Search Console (indispensable si vous avez un site), vous pouvez faire un spam report de concurrents ne respectant pas les règles.

spam-report

Mais ne rêvez pas, Google va, dans la majorité des cas, laisser les tricheurs tricher impunément.

Dans ces conditions, la vente de liens a encore de beaux jours devant elle.

Les métriques recherchées pour un lien

La valeur de chaque lien dépend du site sur lequel il est posé. Voici les principales métriques recherchées par ordre d’importance  (selon moi, et c’est heureux que les avis divergent pour la vente depuis des sites à différentes métriques) :

  • RD ou DR = Domaines référents : c’est le nombre de sites qui ont au moins un lien d’un autre domaine qui pointe vers le nom de domaine.
  • DA = Domain Authority : Domain Authority (DA) est un score de classement dans les moteurs de recherche développé par Moz qui permet de prédire le classement d’un site web dans les pages de résultats des moteurs de recherche (SERP) … Ce score peut ensuite être utilisé pour comparer des sites web ou suivre la “force de classement” d’un site web dans le temps.
  • Trafic : sans accès au compte Google Analytics, on ne peut pas connaître le trafic d’un site. Des outils tels que Semrush donnent des estimations.
  • Le nombre de mots clés sur lequel le site Ranke (ranker = être dans les 10 premières par des SERP) : c’est donné par Semrush aussi.
  • Le Trust Flow : c’est une marque déposée de Majestic qui analyse la fiabilité d’un site en mesurant sa qualité. La qualité est la donnée essentielle de cette métrique. Si un lien pointant vers votre site web fait autorité et est qualitatif, alors votre TF augmentera. Il est facilement manipulable, ce qui m’amène à lui accorder une importance relative. Mais cela reste un indicateur parfois très recherché.
  • Le CF, Citation Flow : Citation Flow est une marque de commerce métrique déposée par Majestic qui fait référence à la popularité d’un site sans tenir compte de la qualité de ses liens entrants. C’est un moyen de prédire l’influence d’une URL en fonction du nombre de sites qui y sont liés.

Considérez qu’un domaine doit avoir à minima : une centaine de RD, un DA de 20, 1000 visiteurs de trafic via les moteurs de recherche/mois et un TF > 15.

Échanger des liens

Il ne s’agit pas ici de dire à un ami, je te fais un lien et tu m’en fais un en retour. Un échange de lien réciproque tel que celui-là est souvent peu valorisé par Google tant la pratique a été utilisée de façon abusive.
Pour ceux qui veulent se rapprocher des guidelines de Google (sans toutefois les respecter totalement), ils peuvent aussi avoir recours à l’échange de liens. Pour ce faire un nouveau site prometteur a été mis en ligne depuis peu et permet de faire du netlinking sans budget. Le nom de la plateforme est dealerdetemps.

Conclusion

Le netlinking est un élément indispensable pour votre SEO que vous vouliez du trafic ou monétiser à votre tour votre site grâce à la vente de liens. Le tout est d’être prudent !